Et ensuite, semons !

Aperçu du blog
21617732-1678345082176329-6680522614330245979-n.jpg

Et finalement, après de longs mois d’attente, nous arrivons à nouveau aux mois qui figurent au verso des sachets de graines. Et nous pouvons enfin semer ! Mais comment s’y prendre au mieux ?

1. Videz la parcelle

L’épaisse couche de paillis qui a gardé le sol au chaud pendant tout l’hiver et a empêché les mauvaises herbes de pousser peut à nouveau être enlevée petit à petit des parcelles où vous allez semer ce mois-ci et au début du mois prochain. Le sol peut ainsi se réchauffer et sécher. Le sol nu absorbe plus de chaleur pendant la journée qu’un sol couvert et si vous semez bientôt, la chaleur des rayonnements va protéger les jeunes plants contre le froid pendant la nuit.

2. La fertilisation

Si vous n’avez pas encore apporté de compost, essayez de le faire maintenant, la vie du sol redémarre lentement et le meilleur moyen de la stimuler est de lui proposer un délicieux buffet organique.
Vous trouvez ici la quantité de compost à ajouter.
 

3. Désagréger et préparer

Si vous jardinez sur une terre ferme, vous devez désagréger la terre là où les légumes-racines vont venir. Les sols friables, meubles n’ont pas besoin de cette opération. Il n’est pas nécessaire de creuser, il suffit de travailler un peu la terre avec une fourche à bêcher. Enlevez également toutes les mauvaises herbes, certainement les vivaces telles que la patience à feuilles obtuses et le pissenlit.

4. Un faux semis

Si vous avez commencé tout cela à temps, vous pouvez aménager un faux semis, vous faites cela en égalisant joliment le sol avec un râteau et puis en attendant. Pendant les semaines suivantes, toutes les petites graines de mauvaises herbes qui ont vu le jour après l’enlèvement du paillis et le ratissage commencent à germer. Juste avant de semer et par une journée sèche et ensoleillée, enlevez toutes les petites plantes qui germent en ratissant très superficiellement. Il n’est pas nécessaire de les enlever avec toutes les racines car les petites plantes se dessèchent et dépérissent.

5. Le râteau est votre meilleur ami

Une fois que vous avez bien arrangé la terre au râteau (et que vous n’attendez pas quelques semaines comme à l’étape 4), placez le râteau à plat sur la parcelle. Appuyez fortement sur le manche dans le sol avec un pied afin d’obtenir une petite rigole. Cette méthode est agréable car les petites graines sont bien alignées et l’eau va directement à l’endroit voulu lorsque vous arrosez avant de semer.

6. Respectez les faits

Une betterave atteint vite une largeur de 10 cm, un navet un peu moins. Les rutabagas deviennent quant à eux nettement plus gros. Il est totalement inutile de semer trop serré. Cela vous oblige à éclaircir, ce qui donne du travail supplémentaire et vous fait gaspiller des graines. Deuxièmement, les plantes ont non seulement besoin de l’espace indiqué sur le paquet pour devenir des plantes adultes, mais elles doivent également avoir suffisamment d’espace pour que la lumière et l’air leur permettent de sécher et de ne pas devenir malades. Semez donc graine par graine à la distance indiquée et ne videz pas le sachet comme un sauvage.
Rebouchez la petite rigole et appuyez un peu avec le râteau. Une graine a besoin d’humidité pour germer et cela réussit beaucoup mieux quand elle est entièrement en contact avec la terre humide environnante.
 

7. Une étiquette évite beaucoup de peine

Placez une étiquette à côté de la ligne, afin de voir directement où vous ne devez pas aller ou où vous devez être très attentif lorsque vous passez avec une binette.