Les conseils de Mme Zsa Zsa: Fertilisation sur mesure

Aperçu du blog
21617732-1678345082176329-6680522614330245979-n.jpg

De l’engrais, du compost ou de la farine de sang ou d’os ? Quelle est la meilleure solution et quelle quantité faut-il utiliser ? Un fil rouge.

Le compost seul est-il suffisant?

En fait, il faut poser la question dans l’autre sens. Un engrais est-il suffisant ? Les engrais sont créés chimiquement (dans des usines énergivores et souvent par des processus mauvais pour la santé) et sont le plus souvent uniquement composés de NPK. Azote, phosphore et potassium. Ces engrais sont solubles dans l’eau et peuvent de ce fait être absorbés directement par la plante. Cela sonne peut-être bien, mais tout ce qui n’est pas absorbé s’écoule dans le sol et pollue ainsi nos nappes phréatiques. Le compost est quant à lui composé, en plus des NPK, d’un tas d’autres nutriments. Calcium, magnésium, fer, soufre, zinc, bore, sodium …  De la même façon qu’il est meilleur pour notre bien-être de manger varié tous les jours, c’est également le cas pour nos légumes. Tous ces nutriments supplémentaires deviennent les éléments essentiels des légumes et nous sont profitables par la suite.
Avant de pouvoir être absorbé par la plante, le compost doit d’abord être décomposé par la vie du sol, ce processus commence presqu’immédiatement et peut durer jusqu’à plusieurs années. Des nutriments se libèrent pendant tout ce processus. Et, ce n’est pas tout, de l’humus vient également s’ajouter au sol pendant la création de tous ces nutriments.
L’humus est le Saint Graal du jardinier, il améliore la capacité de rétention d’eau des sols sablonneux, rend le sol argileux plus aéré et il est le seul à permettre la conservation des nutriments jusqu’à ce que la plante en ait besoin. En utilisant du compost, vous apportez non seulement des nutriments, mais vous influencez directement le sol et la vie du sol. Un processus qui ne se met pas en route avec de l’engrais. 
Les farines de sang et d’os sont peut-être organiques, mais elles sont très concentrées, rapidement assimilables et il est difficile de bien les doser. Ce sont des engrais coûteux qui n’ont aucun effet bénéfique sur le sol.

Si vous n’avez pas assez de déchets organiques pour faire du compost vous-même, vous pouvez en acheter auprès de la plupart des parcs à conteneurs. Certains livrent également à domicile.
 

La quantité de compost

Si vous n’avez pas encore réparti de compost sur les parcelles, c’est maintenant le moment approprié - lorsque les parcelles sont encore en grande partie vides -. En fonction du légume qui est planté sur la parcelle, vous répartissez beaucoup, un peu ou pas de compost sur le sol avant de commencer à semer ou à planter. Vous pouvez rechercher la quantité de compost par légume, mais au fond il n’est pas du tout difficile de retenir les légumes qui ont besoin de compost ou n’en n’ont justement pas besoin.

Les légumes choux, fruits et feuilles

En une saison, ces légumes deviennent de grandes plantes robustes avec en général beaucoup de feuilles ou des grandes feuilles. Pour cela, ils ont évidemment besoin de beaucoup de compost. ‘Beaucoup’ est d’ailleurs un peu exagéré car un demi-seau * de compost par mètre carré suffit. Cette catégorie comprend les choux, potirons, courgettes, poireaux, tomates, salades et également les fraises.

Les légumes-racines, les tubercules et les légumes à bulbe

Les légumes-racines cherchent les nutriments en profondeur dans le sol. Pendant leur recherche ils fabriquent une longue racine droite. Logiquement, ces légumes n’ont donc pas besoin de compost supplémentaire. 


Il est peut-être un peu plus difficile à retenir que les légumes à bulbe et les tubercules, les oignons et les betteraves par exemple, n’ont pas besoin de compost supplémentaire non plus. Ce groupe tire suffisamment de nourriture de la fertilisation résiduelle des années précédentes, mais parce que les oignons et les betteraves sont en général cultivés sur la parcelle des carottes, ce n’est à nouveau pas si difficile à retenir.

Les légumineuses

Toutes les légumineuses sont capables de fixer l’azote de l’air à leurs racines à l’aide de bactéries, elles comblent donc elles-mêmes leur propre besoin en fertilisation = pas de compost supplémentaire pour les pois, mange-tout, haricots et fèves.

Les pommes de terre

Celles-ci se situent un peu entre deux, un quart de seau par mètre carré suffit. Mais du fait que les pommes de terre disposent souvent d’une parcelle pour elles seules, il n’est pas nécessaire de faire de compromis avec d’autres légumes.

Mais qu’en est-il du potassium ?

Tous les légumes ont besoin de potassium lors de leur croissance, il les rend robustes, favorise la formation de racines et de tubercules et renforce leur vigueur et leur résistance au gel. Avec une dose normale de compost, vous apportez à nouveau la quantité nécessaire de potassium dans le sol. Mais qu’en est-il des parcelles qui ne reçoivent pas de compost cette année-là ? Dans des sols riches, lourds, les nutriments sont retenus beaucoup plus longtemps que dans les sols légers (sablonneux). Contrairement aux sols riches, ce n’est donc pas une mauvaise idée d’administrer un peu de potassium supplémentaire si votre potager est situé sur un sol pauvre, léger. Ce n’est pas aussi compliqué qu’il n’y paraît. Si vous faites un petit feu de temps en temps ou si vous avez un poêle à bois. Les cendres de bois sont en effet essentiellement constituées de potassium. Une petite tasse à café de cendres est déjà suffisante pour fournir la quantité nécessaire pour un mètre carré. Et tant que vous y êtes, vous pouvez également administrer une dose aux pommes de terre, baies et légumes-fruits.

*Les sols qui n’ont pas reçu de compost pendant des années présentent probablement une carence en matière organique, l’apport de vieux compost réduit immédiatement cette carence et est par conséquent souhaitable. Ce compost ne comprend pratiquement plus de nutriments et peut donc être utilisé sur toutes les parcelles (pour tous les légumes). Le vieux compost ressemble à du beau terreau noir grumeleux, vous le reconnaissez à sa délicieuse odeur de forêt et à l’absence de petits morceaux reconnaissables.